Retour sur le match contre Lorient

NM1 : CEP Lorient 68 – 77 Andrézieux

Après la sévère et incompréhensible débâcle du dernier match du mois de décembre face à Saint Quentin, nous étions nombreux à nous demander comment nos gaillards allaient reprendre en main leur destin pour la première rencontre de 2018. Malheureusement, les Cépistes n’étaient pas au rendez-vous et ont fortement déçu leurs supporters. D’étrennes, il n’y aura pas…

Et bien malicieux celui ou celle qui pourra expliquer comment une équipe si entreprenante début décembre se retrouve à jouer au chat à la souris avec une équipe d’Andrézieux certes de qualité mais sans la potentiel des formations de haut de tableau. Durant le match de samedi soir, les Lorientais n’afficheront jamais la sérénité ni l’intensité que nous leur connaissions jusqu’à présent. Dès le début, à voir les balles perdues, les passes approximatives, les tirs forcés, nous savions que la soirée ne serait pas de tout repos. Si le CEP obtient le gain du premier quart-temps, c’est plus grâce aux inspirations parfois géniales du trio Mathieu, Jason et Clément, pour ne citer qu’eux, que suite à des enchainements collectifs huilés pourtant parfaitement exécutés à l’entrainement. Le spectacle n’est pas grandiose et les deux équipes n’apparaissent pas sous les meilleurs auspices. Un jeu assez brouillon et des défenses pas très à l’aise. Mais le CEP est toujours devant, c’est l’essentiel.

La formation morbihannaise n’est pas dans un grand soir, nous le savons, et va progressivement glisser dans une certaine léthargie que lui imposent savamment les Andrézien-Bouthéonnais. En ce début de deuxième acte, Philippe Maucourant a ouvert son banc. Les paniers de Vincent puis celui de Mathieu permettent de maintenir l’écart à 8 points. Un léger brin de folie confirmé une minute plus tard par 2 autres paniers de Jared et Mathieu. 9 points d’avance et l’espoir d’une maitrise du jeu acquise. Mais cette espérance est vite dissipée. La faute à un trou d’air de 6 minutes que vont vivre les lorientais sans trouver le remède. Maladresse aux tirs lointains, difficulté à percer le coffre d’Andrézieux, le CEP inquiète plus qu’il ne rassure. Et le faux rythme orchestré par Clark ou Ammour qui n’ont de cesse de servir dans la profondeur leurs coéquipiers mieux placés, va commencer à faire son effet. Alors que Jared se montre relativement discret, Dominykas parait vraiment esseulé dans la peinture et Jason, Fabien et Clément peinent à trouver leur marque. Le retour de Mathieu redonne un temps un peu de dynamisme et d’audace mais rien n’y fait. Andrézieux reste dangereux et très proche du CEP… trop proche.

La réelle déconvenue lorientaise est mise au grand jour au troisième acte. Jouant toujours sur un rythme assez lent, les deux formations alternent le bon et le mauvais. Néanmoins, nos Cépistes maintiennent toujours un écart de 6 points avec les visiteurs, grâce aux qualités individuelles des joueurs, notamment Jason avec un très beau panier primé en tête de raquette. Mais la circulation de balle est toujours aussi difficile à l’approche de la zone de défense adverse. Se satisfaire de tirs lointains est une chose mais maintenir un fort taux de réussite en est une autre. Andrézieux a fait de le choix de jouer plus simplement en insistant dans la peinture. La tactique est payante et ce que le public craignait arrive, les Lorientais voient les ligériens revenir à leur hauteur une première fois à 3’30 du terme du quart-temps. Dès lors, les deux formations ne se quittent plus ou presque. Il faudra encore un panier phénoménal de Mathieu d’au moins 8 mètres pour que le CEP ne prenne difficilement 3 points d’avance au buzzer.

Enfin, si le début du dernier quart-temps tourne pendant 2 minutes à l’avantage des Cépistes, la pièce va tomber définitivement du mauvais côté. Lorient tente d’apporter de l’intensité au jeu mais, fidèle à sa façon de jouer, Andrezieux impose progressivement son jeu posé et sa suprématie dans la raquette. Le manque de motivation et la maladresse Lorientaise font le reste… Un nouveau trou d’air de 3 minutes anéantit tout nouvelle certitude de tuer le match avant la fin de rencontre. Et Andrézieux revient une nouvelle fois à la hauteur des locataires de Kervaric juste avant le Money-Time qui sera fatal à Lorient. Tellement inéluctable qu’à 68-67, suite à au panier arraché par Dominykas à 3’50 de la fin de la rencontre, le CEP va essuyer l’un de ses plus gros revers à Kervaric. 3’50 de jeu sans qu’aucun Lorientais ne puisse marquer le moindre point. Un 0-12 encaissé qui ne souffre d’aucune contestation. Lorient s’affole, Lorient balbutie, Lorient se déconcentre. Andrézieux a su endormir son adversaire et remporte la rencontre. Bravo à eux.

Rien à ajouter sur cette rencontre, la note de 66 en évaluation collective parle d’elle-même !!! Même si le CEP reste toujours sur le chemin qui doit le mener aux PlayOffs, le public a pu suivre l’une de nos plus mauvaises prestations à Kervaric cette saison. Un sursaut d’orgueil est vivement attendu.

Score par période : 20-14, 19-19, 20-23, 9-21

Les statistiques

Le résumé vidéo

Recent News

494158ea4cb88202dcd54bec6d05934cnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn